Le 07 mars 2022 à 20h00

Tarif plein : 5€
Tarif réduit : 3€

Salle de cinéma

46 rue Quincampoix 75004 Paris

(2021 – Belgique/France – 1h38)

Scénario : Fabrice du Welz, Joséphine Darcy Hopkins et Aurélien Molas. Direction de la photographie : Manu Dacosse. Son : Ludovic Van Pachterbeke. Décors : Manu de Meulemeester. Montage : Anne-Laure Guegan. Musique : Vincent Cahay.
Interprètes : Benoît Poelvoorde, Mélanie Doutey, Alba Gaïa Bellugi, Catherine Salée, Jackie Berroyer, Anaël Snoek.

Production : Frakas Productions, The Jokers Films, avec l’aide du Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Screen Brussels, RTBF, Wallimage, OCS, Ciné+, Playtime, Tax Shelter du Gouvernement fédéral belge, Programme Europe Créative – MEDIA de l’Union européenne.
Distribution France : The Jokers Films (Sortie nationale prévue le 6 avril 2022).

En partenariat avec le comité belge de la SACD pour les fictions et avec le comité belge de la SCAM pour les documentaires, le Centre Wallonie-Bruxelles/Paris présente en avant-première, en en présence des cinéastes, les longs métrages belges francophones, avant leur sortie en salle.

Né en 1972 à Bruxelles, Fabrice du Welz étudie deux ans le métier d’acteur au Conservatoire royal de Liège, puis un an de mise en scène de théâtre à l’INSAS à Bruxelles. Dès 1990, il réalise de nombreux films en Super 8. Il collabore ensuite à l’écriture de séquences humoristiques pour Canal+ (La Grande Famille, Nulle part ailleurs). Cinéphile polymorphe, avec un goût immodéré pour le cinéma de genre, il réalise en 1999 le court métrage Quand on est amoureux c’est merveilleux qui remporte le Grand Prix du Festival de Gérardmer.
Son premier long métrage Calvaire, avec Laurent Lucas et Jackie Berroyer, est sélectionné à la Semaine de la Critique Cannes 2005.
Vinyan, tourné en Thaïlande en anglais avec Emmanuelle Béart et Rufus Sewell, est en compétition au Festival de Venise 2008.
Alleluia, libre adaptation du fait divers immortalisé en 1970 par le film Les Tueurs de la lune de miel, où il retrouve l’acteur Laurent Lucas, forme le deuxième volet de sa « trilogie ardennaise », est sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes en 2014.
Après deux films à l’étranger, l’un en France (Colt 45, sorti en 2014), l’autre aux Etats-Unis (Message from the King, avec Chadwick Boseman, sorti en 2016), il clôt sa trilogie ardennaise avec Adoration, porté par deux jeunes acteurs, Thomas Gioria et Fantine Harduin.
Inexorable lui permet de proposer un rôle hors du commun à Benoît Poelvoorde, avec Mélanie Doutey. Le film a été sélectionné au Festival de Toronto 2021, mais aussi à Deauville et à l’Etrange Festival.
Depuis 2012, il intervient comme chargé de cours dans différentes écoles de cinéma ou d’art dramatique : le Conservatoire d’Art Dramatique de Liège (ESACT), La Fémis ou encore au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris (CNSAD). Et depuis 2013, il anime l’émission HOMECINEMA sur Betv, un rendez-vous mensuel consacré à l’actualité du cinéma belge où il rencontre différentes personnalités du cinéma belge et international.

Festival de Toronto 2021, Festival de Deauville 2021, L’Etrange Festival 2021.

À la mort de son père, éditeur célèbre, Jeanne Drahi emménage dans la demeure familiale en compagnie de son mari, Marcel Bellmer, écrivain à succès, et de leur fille. Mais une étrange jeune fille, Gloria, va s’immiscer dans la vie de la famille et bouleverser l’ordre des choses…

« Cinéaste de la fuite et de l’errance, du Welz ose avec Inexorable le huis clos très noir, posant ainsi son cinéma. Pour incarner ces âmes tourmentées, il peut compter sur un casting impressionnant, qui fait corps avec ces victimes expiatoires de la tragédie humaine. » Cineuropa, septembre 2021.

Avant-première : Inexorable, un film de Fabrice du Welz, projection cinéma au CWB Paris séance au Centre Wallonie-Bruxelles Paris.

Avant-première : Inexorable, un film de Fabrice du Welz © The Jokers Films

Voir aussi