Le 19 mai 2022 à 20h00

Tarif plein : 10€
Tarif réduit : 8€

Théâtre

46 rue Quincampoix 75004, Paris

Durée : 1h15 (durée variable)

Co-mise en scène : Jérôme Michez et Elsa Rauchs
Texte : Jérôme Michez
Jeu : Tom Geels
Scénographie : Lisa Kohl
Création sonore : Quentin Voisey
Lumière et direction technique : Suzanna Bauer

Une production de Rauchs/Michez
En coproduction avec le Escher Theater (LU)

Avec l’aide de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Service Général de la
Création - Direction Théâtre (BE)

Avec le soutien du Centre des Écritures Dramatiques Wallonie-Bruxelles (BE), La Fabrique de Théâtre (Province du Hainaut) (BE), la Maison des Cultures de Saint-Gilles (BE), la Maison de la Création NOH (BE), le BAMP (Brussels Art Melting Pot) (BE), la Résidence d’Artistes du Pays des Collines (BE), le Festival Cocq’Arts (BE), le Fundamental Monodrama Festival (LU), la Fondation Éte (LU) et l’Oeuvre Nationale de Secours Grande-Duchesse Charlotte (LU)

Jérôme Michez est auteur dramaturge, né en 1990 et situé à Bruxelles. Formé de 2016 à 2018 à l’INSAS en écritures théâtrales, après avoir achevé la formation d’acteur au conservatoire de Bruxelles, sa pratique présente plusieurs axes. Il travaille pour et avec d’autres en tant que dramaturge (Laure Lapel, La Place, 2019-2022), traducteur (Dounia Mahammed, Salut Copain !, 2017), scénariste (Joséphine Jouannais, Lune d’Automne, 2018). Dans son travail d’écriture, il s’intéresse à la tension entre parole écrite et parole dite. Il cherche comment se jouer de cette tension pour traduire les conflictualités de son rapport au monde : entre fictions contemplatives et nécessité d’agir. L’écriture de son texte de fin d’études, la coupe, présenté à l’INSAS en 2018, a été parrainée par Emmanuel Régniez (Notre Château, Le Tripode, 2017). En 2020, Jérôme écrit pour le KANAL-Centre Pompidou Le Monde Sans-envers-et-sans-endroit, conte pour les 3-5 ans, qui les plonge dans l’univers de John Armleder et de l’exposition qui lui est consacrée, It Never Ends.
En parallèle de sa démarche d’écriture, Jérôme mène une recherche scénique avec Elsa Rauchs, avec qui il interroge les limites de la représentation, et comment concilier représentation et action. Cette recherche prend forme avec AMER AMER, performance pour un acteur (Tom Geels) et un.e invité.e du public, qui sera créée au Théâtre d’Esch (Luxembourg) en janvier 2022.
Avec collüsiion, il poursuit la recherche en tentant cette fois la reconstitution naturaliste de la collision entre un.e automobiliste en SUV et un.e livreur.euse à vélo. Il reçoit pour ce projet une bourse de recherche de la FWB et le soutien d’Ad Lib Diffusion. Une première phase de création a lieu de janvier à avril 2022.
De 2021 à 2022, il travaille en tant que performeur pour Lucia Palladino dans I’ve discovered that loving means going back to repetition, avec plusieurs résidences prévues à Buda Kunstencentrum (Courtrai), en France et en Italie

Elsa Rauchs est une actrice et porteuse de projets luxembourgeoise née en 1989. Elle intègre le KASK à Gand en 2014, après un bachelier au Conservatoire royal de Bruxelles.
Depuis près de dix ans, elle est membre actif du collectif Independent Little Lies avec lequel elle lance en 2014 le Projet Nomade qui sera reconduit en 2015 et 2017.
En 2018, elle s’engage avec Jérôme Michez dans une recherche sur le mode d’action que permet le théâtre. Cette recherche aboutira à AMER AMER, une co-mise en scène Michez/Rauchs qui sera présentée au Escher Theater en janvier 2022.
Pour les mois à venir, elle travaille à la mise en scène, en collaboration avec Claire Wagener, de Doheem – Fragments d’intimités - un projet participatif intégrant bon nombre de participants non-professionnels. En partant de la voix et du média radio, Doheem – Fragments d’intimités se penche sur l’impact de la crise luxembourgeoise du logement sur les façons de vivre à Esch-sur-Alzette et les nuances intimes de nos attachements à un lieu d’ancrage.
Au théâtre Elsa a joué notamment les rôles de Cate dans Anéantis de Sarah Kane au Grand Théâtre Luxembourg, dans une mise en scène de Myriam Muller ; et de Églée dans La Dispute de Marivaux (Sophie Langevin, Théâtre National du Luxembourg). Au cinéma, elle a tourné avec Christophe Wagner, Marylène Andrin, Julien Becker etc.

C’est une relation qui naît sous nos yeux entre Tom et un.e invité.e du public.

Lui est déjà là, et il l’attend. « Elle » le rejoint depuis sa place dans la salle, pour être sa mère. « Elle », ou un.e autre – on ne sait pas.

Il lui apprend les gestes, les regards, les quelques paroles. Il.elle.s recommencent. Il.elle.s répètent.
C’est l’histoire d’une étreinte, une étreinte dans une voiture. Il.elle.s n’arrivent pas tout à fait à se dire au-revoir, ce soir-là.

Derrière les quelques mots échangés, il y a quelque chose qui veut se dire et qui reste en suspens.

Peut-être un je t’aime, peut-être autre chose ; mais il faut aller à ses affaires et chacun.e le sait.

Puis ça recommence.

AMER | AMER propose un jeu pour deux inconnu.e.s, dense et fragile, entre performance et théâtre.

© Patrick Galbats

© Patrick Galbats

AMER | AMER © Elisa Kohl

AMER | AMER © Elisa Kohl

“AMER AMER” • Teaser du spectacle de la Cie Rauchs/Michez

AMER | AMER © Mike Zenari

AMER | AMER © Mike Zenari

Voir aussi