Le 13 octobre 2021 à 19h00

Théâtre

46 rue Quincampoix 75004, Paris

Née en 1959, elle vit et travaille à Paris et publie essentiellement des récits de fiction. Elle est l’autrice entre autres de La scie patriotique (Le Nouvel Attila - réédition), Le Paradis entre les jambes, Carnivale (Verticales) et, avec Pierre LePillouër, de Système D ( Arbre à Paroles). L’œuvre de Marcel Moreau, qu’elle a bien connu, lui importe beaucoup.

Née en 1989 en Gaume (Belgique). Sa rencontre avec Marcel Moreau en 2017 et le soutien indéfectible qu’il lui a apporté jusqu’à son décès la stimulent encore et toujours dans son écriture. En 2018, elle joue dans le spectacle BUVONZUNCOUP, création théâtrale de Stefan Thibeau autour de l’œuvre de Marcel Moreau.
Elle a publié Au fond un jardinet étouffé aux éditions Maelström. Cet automne paraît L’île quimboiseuse chez le même éditeur.

Antoine Jobard a réalisé une thèse sur l’œuvre de Marcel Moreau avec qui il a travaillé pendant plusieurs années. Il est auteur, éditeur et membre du collectif de littérature de sabotage Le Sabot.

Jean-Claude Leroy est né en 1960 à Mayenne. Essentiellement oisif, a été parfois (le moins possible) photographe, libraire itinérant, éditeur, manœuvre intérimaire, auxiliaire de vie. En 1996, il crée Tiens, revue locale d’expression universelle, qui poursuivra sa route sur la toile (Tiens, etc.). Auteur d’essais, de récits et de poèmes, il a publié une vingtaine d’ouvrages et anime un blog littéraire et politique sur Mediapart. Il a reçu le prix Loin du marketing en 2016.

Lydie Arickx est peintre et sculpteur née en 1954 à Villecresnes de parents d’origines Flamande. Ses œuvres figurent dans les grandes collections publiques internationales (Musée National d’Art moderne de Paris, Centre Pompidou, Palais de Tokyo, FNAC…) et au sein de l’espace public (Hôpital Paul-Brousse à Villejuif, Centre Hospitalier Intercommunal de Créteil, IUFM de Mont-de-Marsan, MACS Saint-Vincent-de-Tyrosse, fresque pour la commémoration du centenaire des arènes de Dax en 2013…). L’artiste, amie de Marcel Moreau, nous offre une performance inspirée des lectures proposées sur scène.

Jean-Philippe Audoli est un violoniste de renommée internationale, il a donné plus de 2000 concerts
sur tous les continents, enregistré 30 albums, et reçu 4 Grands Prix Internationaux du disque. Diplomé de l’Université de Yale (USA) et du C.N.S.M de Paris, il est le directeur du festival du Château de la Moutte à
Saint-Tropez qu’il dirige et développe depuis l’année 2000.

Le comédien commence sa carrière au théâtre avant d’être révélé au cinéma par le cinéaste Léos Carax dans Boy Meets Girl puis dans Mauvais Sang. Il retrouve le cinéaste pour Holy Motors, ce qui lui vaut une nomination au César 2013 du Meilleur acteur. Sur scène, il interprété Shakespeare, Dostoïevski, Brecht, Beckett, Koltès, Samuel Beckett….Passionné de poésie, il se livre régulièrement à des lectures publiques. Grand connaisseur et admirateur de l’œuvre de Marcel Moreau, il a lu des extraits de ses œuvres sur scène à plusieurs reprises. Il a publié en 2020 aux Impressions Nouvelles Echappées belles, passionnant récit de son parcours artistique.

Né à Boussu, au sein d’une famille ouvrière en Belgique, Marcel Moreau a exercé de petits métiers avant de devenir correcteur de presse à Paris où il s’est installé en 1968.

Depuis la parution de son premier livre, « Quintes » (Buchet-Chastel, 1962, Mihaly 1998), il a consacré son existence à bâtir un monument littéraire d’une soixantaine de titres, à la gloire de l‘écriture, de la puissance féminine, à l’écoute des profondeurs corporelles, exigeant - sans ménagement - pour prix de la liberté, une flamboyante « Lecture irrationnelle de la vie » (Complexe, 2001) et une critique impitoyable du monde contemporain.

On appelle souvent ce (très rare) genre d’œuvre : inclassable. Par facilité sans doute mais aussi avec justesse, tant l’écrivain s’est tenu à l’écart des modes, des coteries, des partis, des médias et des honneurs mais toujours dans la compagnie d’un lectorat ardemment fidèle.

Il a suscité dès ses débuts l’admiration de Raymond Queneau, Jean Paulhan, Simone de Beauvoir, Anaïs Nin - avec qui il entretint une abondante correspondance - mais aussi Jean Dubuffet, Roland Topor ou Pierre Alechinsky.
Des comédiens amoureux de sa prose flamboyante l’ont lu avec passion sur scène et à l’écran comme Jean-Claude Drouot ou Denis Lavant et ses textes ont inspiré les mélodies d’Ann Gaytan.


19h00 Projection du film de Stéfan Thibeau Marcel Moreau

Se dépasser pour s’atteindre. Malgré le soutien de nombreuses personnalités et quelques apparitions médiatiques, la figure et le nom de Marcel Moreau restent obscurs dans le paysage littéraire belge. Pourtant, l’empreinte que l’auteur a laissée dans le Borinage est bien présente et son rayonnement international a permis de “redonner des poumons” à ce Borinage “pour qu’il puisse crier”.

C’est un film qui parle autant de Marcel Moreau que du Borinage qu’il a connu et des artistes qui l’ont côtoyé.
Avec les témoignages de Frédéric Baal, Sophie Buyse, Patrice Cani, Françoise Delmez, Daniel Charneux, Anne Gaytan, Jean-Claude Derudder, Françoise Houdart, Noël Godin, Marie-rose Guarniéri, Gonzague Saint Bris, Lydie Arickx, Antoine Jobard, Amélie Nothomb, Denis Lavant, Anita Vasseur, Nicolas Marchal, Gaëlle de Guardia, Marc Quaghebeur, Suzy Cohen, Olivier de Sagazan, Jacques Sojcher, Louis Savary, Jean-Pierre Verheggen.


20h00 - En écho et en hommage à son œuvre, sur scène

Avec Nicole Caligaris, Morgane Eeman, Antoine Jobard, Jean-Claude Leroy, Lydie Arickx, Jean-Philippe Audoli

La soirée est ponctuée de lectures de textes de Marcel Moreau par Denis Lavant.

Marcel Moreau au carré par Jean-David Moreau dans le cadre de la rencontre au CWB Paris Lectures irrationnelles de la vie

Marcel Moreau au carré par Jean-David Moreau

Voir aussi