Le 23 septembre 2022 à 21h00
Le 24 septembre 2022 à 19h30

de 8.00 à 16.00 €

Montevideo
3, impasse Montévidéo – 13006 Marseille

Le Centre a accompagné et soutenu en Hors-Les-Murs Constellations Soa Ratsifandrihana dans le cadre de BIPOD (Beirut International Platform of Dance) festival accueillie par les Subsistances à Lyon et aux Rencontres Chorégraphiques Internationales de Seine-Saint Denis en 2022.

Chorégraphie, Interprétation Soa Ratsifandrihana Création musicale Alban Murenzi et Sylvain Darrifourcq Création lumières Marie-Christine Soma Création du costume Coco Petitpierre Assistanat et confection du costume Anne Tesson Régie lumière Suzanna Bauer, Diane Guérin (en alternance) Régie son Guilhem Angot, Jean-Louis Waflart (en alternance) Archives et Regard extérieur Valérianne Poidevin Regard extérieur Thi-Mai Nguyen Stagiaire Mylène Monjour

Production et Diffusion AMA – Arts Management Agency - France Morin, Cécile Perrichon, Anna Six
En coproduction avec Arts Management Agency, Charleroi danse, La Place de la Danse - CDCN Toulouse Occitanie, Mars – Mons arts de la scène, Workspacebrussels, Atelier 210, T2G - Théâtre de Gennevilliers, la Soufflerie – scène conventionnée de Rezé Avec l’aide de la Fédération Wallonie-Bruxelles – Service de la Danse Avec le soutien du CNDC - Angers, Pointculture, Iles asbl, GC De Kriekelaar, Fabbrica Europa - PARC Performing Arts

Évènements liés
09.09.22 — 09.10.22
Festival Actoral 2022

Où est le groove ? songe Soa Ratsifandrihana, déjà aperçue chez Anne-Teresa De Kersmaeker et Boris Charmatz. Il est peut-être dans les crissements, ruptures et infrasons de l’électro glitchée de Sylvain Darrifourcq, que la danseuse épouse et confronte, illustre ou contredit, attaque puis contourne. Ou serait-il davantage, comme l’usage nous y habitue, dans les tournures suggestives, les basses fréquences, et les breaks nets du hip-hop taillés par Alban Murenzi, qui défronce progressivement le visage de l’interprète et l’offre au public ? Il est peut-être là, et encore ailleurs, suggère gr oo ve, glissement point par point entre deux états dansés, et mue chorégraphique entre des esthétiques musicales rarement réconciliées. La créature défiante, à la gestuelle tranchante et à la mobilité surhumaine, qui se déploie aux premiers instants de la performance, se pique graduellement de complicité et entre en empathie avec son audience, au fur et à mesure que les textures sonores s’assouplissent et gagnent des formes plus familières. Sans didactisme ni licence pédagogique sur la chronologie des chorégraphies populaires, le corps de la jeune franco-malgache se pose en médium d’un dialogue frontal entre formes mouvantes et sonores, le temps d’un solo bien trempé.

SOA RATSIFANDRIHANA • *g r oo v e* ©Lara Gasparotto

SOA RATSIFANDRIHANA • g r oo v e ©Lara Gasparotto

Voir aussi