Du 06 au 31 juillet 2022

Galerie

127-129 rue Saint-Martin
75004 Paris

Tirages à découvrir sur les vitrines de la galerie du Centre.

Alice Pallot est une artiste photographe française qui travaille entre Paris et Bruxelles. Alice Pallot est diplômée d’un Bachelor puis d’un Master de photographie à L’ENSAV La Cambre en juin 2018. Elle a aussi fait un Erasmus à L’Ecal en Suisse.
Son travail interroge les liens qui se tissent entre les sciences développées par l’être humain et un environnement naturel en constante mutation ainsi que l’ambigüité́ de la relation que nous entretenons avec notre milieu. Entre exploitation et protection, appropriation et adaptation, Alice Pallot cherche à ouvrir des perspectives nouvelles. Au fur et à mesure de ses recherches, expéditions et expérimentations, ses photographies deviennent les témoins d’une ère nouvelle et future.
Alice Pallot crée des univers aux thématiques d’hybridation, à travers ses séries de photographies. Ces rencontres visuelles, issues de questionnements écologiques qui émergent comme des signaux dans la vie sociale active de la jeune artiste, lui permettent d’utiliser la photographie pour mettre en lumière des ambiguïtés de notre temps.

Évènements liés

Quatre images photographiques extraites de la série « Algues maudites » d’Alice Pallot sont mises en valeur sur les quatre vitrines de la galerie du Centre.

Le projet Algues maudites a été déployé dans le cadre d’une résidence de création menée à Toulouse, en collaboration avec le Centre à la faveur d’un partenariat mené avec la Résidence 1 + 2.
Suite à l’appel à projet lancé auprès de photographes basé·e.s en Fédération Wallonie/Bruxelles, le jury a retenu le projet « Algues maudites », proposé par Alice Pallot.
Une première étape préparatoire à la résidence s’est tenue en Bretagne du 18 au 24 mai, période au cours de laquelle l’artiste a réalisé un travail photographique documentaire, visant à mettre en avant la transformation d’un paysage causée par les actions de l’être humain, et portant sur l’imperceptible toxicité des algues (gaz H2S). Sa série de photographies s’appuie sur le contraste entre l’apparence idyllique du littoral breton et la toxicité réelle sous-jacente des algues qui l’envahissent, conséquence de l’exploitation industrielle de la terre.
Puis à Toulouse, du 1 er au 30 juin, en collaboration avec des chercheur.euse.s de l’Université toulousaine, spécialistes en biologie et toxicologie de l’environnement, Alice Pallot a reproduit un bassin artificiel, « malade », saturé par la prolifération des algues pour y recréer ensuite de la vie, l’épurer. Sur base de l’observation de l’évolution de la vie au sein du bassin, elle a ambitionné de capturer photographiquement un micro écosystème en renaissance via des images microscopiques. Celles-ci constituent la base de la création d’une série photographique narrative, intégrant aux images réalisées en Bretagne ces photographies quasi science-fictionnelles du bassin, mais aussi des images d’archives sur les scandales liés aux algues, fournies par des associations bretonnes.
Le fruit de ce temps de création sera présenté en octobre et novembre 2022, sous la forme d’une exposition collective à Toulouse. Une semaine inaugurale sera articulée autour de plusieurs temps forts dont le « Colloque national - Photographie & Sciences » où photographes, scientifiques, parrain ou marraine, journalistes et publics échangent lors de plusieurs tables rondes thématiques se tiendra.

Voir aussi