Le 28 mars 2022 à 19h30

Réservation obligatoire

Cinéma

46 rue Quincampoix 75004 Paris

Pour des raisons d’écoute et de fluidité de la parole, la séance est réservée à 20 participant.e.s maximum

Nathalie Skowronek est l’autrice de cinq livres publiés aux éditions Arléa, Gallimard et Grasset. Elle vit entre Bruxelles et Paris et enseigne depuis 2016 à l’Atelier des écritures contemporaines de La Cambre. Son dernier roman, La carte des regrets, est paru en février 2020 aux éditions Grasset.

Le Centre poursuit ce nouveau cycle : un cercle littéraire auquel sont convié.e.s les lecteurs & lectrices qui auront envie de partager leurs impressions de lecture.

Que signifie écrire depuis la Belgique ? Qu’ont en commun ses écrivain.e.s ? Quelque chose les distinguerait-ils.elles de celles et ceux qui, de l’autre côté de la frontière, partagent la même langue. Une sémantique, un imaginaire, un rapport aux mots propres ?
Ces soirées seront un lieu d’échanges menés par l’écrivaine Nathalie Skowronek où nous parlerons de littérature d’une façon libre, intime, informelle. De ces livres qui nous troublent, nous enchantent, créent des passerelles, brouillent les cartes. Que mettent-ils en jeu ? Comment prennent-ils vie ? En quoi seraient-ils les révélateurs d’une époque, d’une thématique, d’une certaine « identité » ?

Deux titres par rencontre, un binôme à lire en amont pour qui le souhaite, une heure et demie de partage durant laquelle on ne se privera pas d’attendre beaucoup des grands textes : les livres, le monde et les lecteurs ne font qu’un.

Madeleine Bourdouxhe, La femme de Gilles (Babel) et Aïko Solovkine, Rodéo (Espace nord).

En 1937, une épouse trompée subit les affres de la jalousie. Elle se tait, continue de tenir son rôle de mère et épouse modèles, se conforme à ce qu’on attend d’une femme au foyer dans une cité industrielle. Au siècle suivant, en 2014, une meute de mâles désabusés se jette sur une jeune conductrice au retour de son travail. Les routes de campagne sont devenues leur terrain de chasse, où il faut d’abord tuer le temps, exceptionnellement les femmes, quand il n’y a plus rien à attendre d’une société de province qui engendre toujours des ouvriers mais a fermé ses usines. Des hommes, des femmes, des rêves déçus et des espoirs vains, La femme de Gilles de Madeleine Bourdouxhe et Rodéo d’Aïko Solovkine tirent le portrait de leur époque et de leur milieu.

Lecture préalable recommandée

Les livres sont en vente à la Librairie Wallonie-Bruxelles à Paris

Voir aussi