Le 11 février 2022 à 20h00

Entrée libre

Salle de cinéma

46 rue Quincampoix 75004 Paris

Tokyo International Film Festival / Best LGBT Film - Honorable Mention
New Wave Short Film Festival Munich - Best Human Rights
Roma Short Festival - Award Winer of Best LGBT Film
Selection au festival d’Argenteuil
Selection au beyond the Curve Film festival

Journaliste de formation, chercheuse en études de genre et responsable Genre et Diversité au sein de l’Association des Journalistes Professionnels (AJP) en Belgique, Camille Loiseau se passionne également pour la création podcast. Elle fait à ce titre partie du comité de programmation du Brussels Podcast Festival et travaille en collaboration avec Louie Media et Binge audio pour la réalisation de podcasts. Ce qu’elle fait de mieux, c’est tendre le micro aux voix que l’on n’entend peu et/ou pas assez : les minorités, les “marginaux.ales”, les discriminé.es. Femme cisgenre et blanche, côté transidentités, elle se place du côté des allié.es. C’est auprès de nombreux livres, podcasts, penseur.euses, associations et personnes concernées qu’elle apprend, réfléchit, se déconstruit et ne cessera de le faire.

Lexie Agresti a 25 ans, est diplômée de l’École du Louvre (premier cycle) après un master d’histoire de l’art, elle se réoriente en Sociologie de l’art. Militante engagée, très active sur les réseaux sociaux, elle a fondé le compte Aggressively_trans où elle réalise un rigoureux travail de déconstruction et d’éducation sur les transidentités. Elle donne régulièrement des conférences et anime des tables rondes sur le sujet (Festivals, universités et grandes écoles, etc.)
Lexie a récemment publié un guide qui déconstruit tous les préjugés, les abus de langage, les non-sens liés aux transidentités, afin de mieux les comprendre et de donner les armes pour s’en émanciper. Véritable prolongement du compte Instagram sur lequel Lexie s’emploie avec patience et grande rigueur à éduquer sur les questions de genre, ce livre est une vraie boussole et un outil d’empowerment pour les personnes trans qui sont souvent isolées, moquées, stigmatisées et font l’objet de violences extrêmes ; mais aussi pour les non-trans, concernés ou non, car au-delà des transidentités, c’est sa propre place dans la société et le traitement des différences qu’il s’agit de questionner

Présentation du podcast visuel SOMOS de Lydie Nesvadba et Laura Krsmanovic, qui met en lumière de jeunes transgenres, non-binaires, ou créatif.ve.s sur le plan du genre. Suivi d’une table ronde « Regard trans, regard cis » animée par Camille Loiseau, avec Lexie Agresti, et d’autres intervenants (en cours).

SOMOS donne la parole à 13 jeunes, âgé·es de 9 à 27 ans, qui déconstruisent les normes en affirmant leur identité. Ils sont trans, non binaires ou créatifs sur le plan du genre. Laura Krsmanovic et Lydie Nesvadba ont su les accompagner, afin de réaliser un film juste et vivant. Ce podcast visuel, de la série ISOLA (isola.lepodcast.fr), est réalisé en collaboration avec Transkids, première association belge francophone spécifiquement dédiée aux enfants transgenres ou en questionnement quant à leur genre, et à leurs parents.

Table ronde
“Regard trans, regard cis”

Ce double regard nous permet de confronter l’expérience de libération et les obstacles dans la transition au regard cisgenre. Nous abordons ainsi les schémas de représentation limités, les stéréotypes sociaux et les outils pour combler le fossé entre cis et trans.
Ces réflexions et ces témoignages sont destinés à ouvrir le débat. Car il est essentiel de conscientiser, de familiariser avec ses notions et de créer une passerelle entre les personnes trans silencieuses et les personnes cisgenres. En rendant visible/audible le lien entre les transidentités et les cisidentités, nous souhaitons rapprocher les deux communautés et détricoter les idées reçues. Il s’agit d’affiner et d’adoucir le regard de la société face aux transidentités. Nous comptons sur les mots et les histoires des intervenant·e·s pour provoquer la curiosité intellectuelle et émotionnelle des personnes cisgenres et, simultanément, permettre aux personnes transgenres de prendre le contrôle de leur identité. L’intérêt public est généralisé : les transidentités et les cisidentités sont très intimement mêlées. Parler de transidentités, c’est aussi parler de genres et donc de cisidentités, des stéréotypes et des injonctions genrées. Cela concerne tout le monde et est utile à un développement plus fluide, plus bienveillant avec soi-même, pour les personnes cisgenres également.

Somos @ Lydie Nesvadba

Somos @ Lydie Nesvadba

Somos @ Lydie Nesvadba

Somos @ Lydie Nesvadba

Somos @ Lydie Nesvadba

Somos @ Lydie Nesvadba

Somos @ Lydie Nesvadba

Somos @ Lydie Nesvadba

Somos @ Lydie Nesvadba

Somos @ Lydie Nesvadba

Somos @ Lydie Nesvadba

Somos @ Lydie Nesvadba

Somos @ Lydie Nesvadba

Somos @ Lydie Nesvadba

Somos @ Lydie Nesvadba

Somos @ Lydie Nesvadba

Somos @ Lydie Nesvadba

Somos @ Lydie Nesvadba

Somos @ Lydie Nesvadba

Somos @ Lydie Nesvadba

Somos @ Lydie Nesvadba

Somos @ Lydie Nesvadba

Somos @ Lydie Nesvadba

Somos @ Lydie Nesvadba

Voir aussi