Le 14 juin 2022 à 19h30

Entrée libre

Cinéma

46 rue Quincampoix 75004 Paris

Yves Montmayeur est critique de cinéma et réalisateur de documentaires sur le cinéma. Il a été critique à Cinéphage puis à Paris Première sur Rive Droite / Rive Gauche. Il a aussi été co-programmateur de L’Etrange Festival 1993-99. Il a réalisé des sujets pour Tracks (Arte) et de documentaires : Filming Haneke (1999), Hong Kong Stories (2003), Ghibli et le Mystère Miyazaki (2005), Hongkong Cinema : In the Mood for Doyle (2007), Les enragés du cinéma coréen (2007), Takuza Eiga : une histoire secrète du cinéma japonais (2008), Viva la Muerte ! Autopsie du nouveau cinéma fantastique espagnol (2009), Olivier Gourmet, exercices de styles (2010), Johnnie Got His Gun ! (2010), Pinku Eiga : Inside the Pleasure (2011), Michael Haneke, profession réalisateur (2013), L’Incertitude des choses (2013) – sur le nouveau cinéma flamand, The 1000 Eyes of Dr Maddin (2015) – Prix du meilleur documentaire de cinéma Venise Classics !, Dragon Girls (2016), Variations Kawaze (2019), Citizen Kitano (2020), Kung Fu Revolution (s) en 2021.

Né à Spa, Karel Logist est l’auteur d’une vingtaine de livres de poésie. Il fut l’un des moteurs du collectif Le Fram (revue et maison d’édition) et coanime aujourd’hui à Liège la revue Boustro. Le Castor Astral a réuni un choix de ses poèmes sous le titre Tout emporter.

Son livre Tout est près, tout est loin , accompagné de polaroïds de Laurent Danloy, paru aux éditions L’herbe qui tremble évoque les vestiges de l’enfance, l’amitié, les amours difficiles, la mémoire et l’oubli, la grâce fugitive de la vie ordinaire, la mer atteinte au bout du train, les autres observés de biais, soi-même aperçu dans la glace.

Née avant Internet, Aliette Griz a découvert l’écriture fragmentaire et collective sur les blogs. Le mot connexion l’a guidée vers l’animation d’ateliers d’écriture. Le mot dispersion l’inspire. Le mot engagement la mobilise. Elle dirige le #poesielab des Midis de la poésie à Bruxelles et fait partie du collectif des Quenouilles qui conçoit une émission sur Radio Panik. Elle est l’auteure de C’est tramatique (Maelström), S’éclipser (L’arbre à paroles) et Les fantômes sont des piétons comme les autres (ON LT éditions).

Son livre Plier l’hiver, accompagné par les dessins de la plasticienne Flise, paru aux éditions L’herbe qui tremble progresse par fragments, déploie en vers libres ou poèmes en prose une écriture militante et riche d’images, ne dédaignant pas les termes argotiques et les néologismes.

Anna Ayanoglou est née en 1985. Elle a étudié le russe et passé plusieurs années dans les pays baltes. Elle vit à Bruxelles où elle enseigne le français à des réfugiés et a créé Et la poésie alors ?, une émission mensuelle dédiée à la poésie du monde sur Radio Panik. Son premier recueil de poèmes paru en 2019, Le fil des traversées (Gallimard) a reçu en 2020 le prix Révélation poésie de la SGDL et le prix Apollinaire découverte et en 2021 le prix de la première œuvre en langue française de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Dans Sensations du combat paru aux éditions Gallimard, l’autrice continue de mêler sa petite musique intime à la puissance d’écriture toute en retenue et en éclats qui était à l’œuvre dans Le fil des traversées, son premier recueil. L’auteure s’inspire d’une réalité dont elle se saisit pour ne plus la lâcher : la vie, la vraie, voilà la matière qui importe. Et les mots pour ordonner le chaos.

David Jauzion-Graverolles est écrivain, metteur en scène, professeur de théâtre et de littérature à Bruxelles. L’écriture poétique est pour lui une sorte de mouvement vers l’état particulier du langage où se rencontrent les images et leurs rebonds infinis. Il a animé deux revues de poésie : Vulturne en Suède (Stockholm 1998-2000) et Sezim dans le Jura (Saint-Claude, 2001-2004) dont les sorties ont été accompagnées par des spectacles. Il a vécu une longue expérience artistique à l’Ensatt de Lyon avant un retour à l’écriture.

Dans son livre Lumière des limites, accompagné des gravures de Nadia Kuprina, paru aux éditions Le Coudrier, les textes parcourent les états de l’été, du nord au sud, des côtes aux crêtes, rencontrant des lieux qui se disséminent, se fracturent, s’estompent. Archipels, rocailles, plis montagneux, faubourgs… Des lieux où l’on oublie l’idée du centre et par là même, le rêve du sens. A chaque fois apparaissent les limites de notre perception, et de notre prétendue communion avec le monde.

Dès la mi-juin, les espaces physiques du Centre seront fermés pour une période de quelque 9 mois. Sa programmation qui d’ores et déjà se déploie en Hors-Les-Murs et en Cyberespace sera concentrée sur ces territoires pendant cette période.

Les Heures Sauvages sont la dernière programmation indisciplinée In-Situ avant le désamarrage de notre vaisseau.

Programme du jour 3


19h30 : Projection en avant-première Mad in Belgium d’ Yves Montmayeur (Un documentaire 2022. – France/Belgique – 1h33)

En Belgique, des hors-la-loi de l’image nous prouvent à chaque instant, et avec virtuosité, que l’imposture peut être un acte créatif. Ces faussaires, menteurs, usurpateurs, truqueurs savent se faufiler dans ce monde policé du cinéma avec pour seule ambition d’en falsifier la forme devenue atrocement respectable. Pour cela ils manigancent à tour de bras afin d’asphyxier la réalité, en plongeant la raison et la logique dans un bain révélateur de visions inconnues et de non-sens.


20h : Rencontre - Périphérie du Marché de la Poésie avec Anna Ayanoglou - Aliette Griz - David Jauzion-Graverolles - Karel Logist

Un programme poétique élaboré en complicité avec l’association Les Editeurs singuliers
Quatre poèt.ess.es, quatre univers à découvrir à l’occasion de la parution de leur nouveau recueil.
Soirée organisée en collaboration avec le 39eme Marché de la Poésie de Paris et sa Périphérie

Voir aussi