Du 11 novembre 2022 au 22 janvier 2023

Tarif plein : 8€
Tarif 5-9 ans : 5€
Inclus dans le Pass Biennale

Fondation Vasarely
1 Av. Marcel Pagnol, 13090 Aix-en-Provence

Ouverture de l’exposition :
le 11 nov. 17h – 22h
le 12 nov. 14h – 22h

Puis ouvert du lun. au dim. de 10h à 18h

Emmanuel Van der Auwera (né en 1982, Belgique) vit et travaille à Bruxelles, en Belgique. Primé à la suite d’un cours post-académique de l’Institut supérieur des Beaux-Arts (HISK) de Gand (2014-2015), il a également été le lauréat du Prix Langui du jeune art belge en 2015 et le premier lauréat du Goldwasserschenking décerné par le WIELS et les Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique. Son travail a fait l’objet d’expositions à la Pinakothek der Moderne (Munich, DE), au WIELS (Bruxelles, BE), au Centre Pompidou (Paris, FR), au Palais de Tokyo (Paris, FR), au Centro per l’Arte Contemporanea Luigi Pecci (Prato, IT), à la première Biennale internationale de Jinan (Shandong, CN), au Casino Luxembourg – Forum d’art Contemporain (Luxembourg, LU), à Mu. ZEE (Ostende, BE), Botanique (Bruxelles, BE), et la Maison des arts électroniques (Bâle, CH), entre autres. Ses œuvres ont été acquises par le Dallas Museum of Art (Dallas, TX, US), KANAL – Centre Pompidou (Bruxelles, BE), Mu.ZEE (Ostende, BE), Fundación Otazu (Pamplona, ES), Collection de la Province de Hainaut – BPS22 (Charleroi, BE), la Banque Nationale de Belgique (Bruxelles, BE), la Stockholm School of Economics (Stockholm, SE) et le Jordan Schnitzer Museum of Art (Eugene, OR, US).

Copyright Emmanuel Van der Auwera & Harlan Levey Projects

Courtesy Harlan Levey Projects

Dans la série des ‘VideoSculptures’ d’Emmanuel van der Auwera, la notion de l’écran comme fenêtre de la réalité est littéralement dépouillée de sa planéité, révélant symboliquement le mécanisme sous-jacent.

Ces sculptures font partie d’un ensemble de travaux en cours qui applique l’analyse déconstructive au processus de production de la « réalité ». En utilisant l’écran (l’autel de l’image contemporaine) comme matériau pour la sculpture, ces œuvres font sortir les images du cadre d’une manière peu technologique. Elles commencent par un acte de destruction, l’artiste découpe et arrache les couches physiques de l’écran. Sans la médiation de ces filtres, qui sont collés sur chaque écran LCD, les images deviennent impossibles à voir à l’œil nu et le bruit blanc remplit l’espace.

© Emmanuel Van der Auwera

© Emmanuel Van der Auwera

© Emmanuel Van der Auwera

© Emmanuel Van der Auwera

© Emmanuel Van der Auwera

© Emmanuel Van der Auwera

© Emmanuel Van der Auwera

© Emmanuel Van der Auwera

Voir aussi